L’Orient incandescent

CouvAchcar   Titre:   L’Orient incandescent. Le Moyen-Orient au miroir marxiste
  Auteur:   Gilbert Achcar
  Collection:   Cahiers libres
  Pages:   264
  Prix:   22 EUR - 36 CHF
  ISBN:   2-940189-24-2
  Date de publication:   2003


Une longue étude inédite sur l’évolution de la stratégie impériale des États-Unis au Moyen-Orient sert d’introduction à un recueil d’articles rédigés sur une période de près d’un quart de siècle, de 1980 à 2003. Cet ouvrage constitue ainsi une chronique marxiste de quelques moments forts de l’histoire tumultueuse de l’Orient musulman au cours de cette période: la résurgence impétueuse de l’intégrisme islamique, marquée par la révolution iranienne de 1979, et ses contrecoups régionaux – en particulier la guerre d’Afghanistan qui accéléra l’écroulement de l’Union soviétique ; le devenir de la lutte du peuple palestinien, depuis le déclenchement de la première Intifada en 1987 ; les guerres des États-Unis contre l’Irak, jusqu’à l’occupation de ce pays.
Ces articles ont résisté à l’épreuve du temps: ils restent pertinents et apportent un éclairage encore vif à l’actualité la plus récente. Confirmés à titre rétrospectif, ils permettent même d’éclairer l’avenir – dans la mesure, bien entendu, où celui-ci prolonge des tendances à l’œuvre dans le passé.
À cet égard, l’évolution de la situation au Moyen-Orient – de l’Afghanistan à la Palestine, en passant par l’Iran et l’Irak – en ce début de siècle encore plus tragique pour la région que ne l’a été le siècle précédent justifie amplement le pessimisme raisonné qui s’exprime dans les pages de cet ouvrage et qui se combine avec l’optimisme mesuré que suscite la résurgence d’un puissant mouvement antiguerre à l’échelle mondiale.

Recensions

Cahiers d'histoire, 2008

Le Monde diplomatique, mars 2004 

Pour tout intellectuel, la publication d’un choix d’articles parus sur plus de deux décennies constitue un redoutable défi. Si Gilbert Achcar relève celui-ci sans mal, c’est qu’un fil rouge traverse ses écrits : le regard «marxiste non dogmatique», aigu et savant, qu’il porte sur le Proche-Orient. De fait, sur tous les grands dossiers (conflit israélo-palestinien, Liban, Irak, Iran, Afghanistan), sa cohérence est indiscutable, et sa vision parfois prémonitoire : on le vérifie, par exemple, avec ses Onze Thèses sur la résurgence actuelle du mouvement islamiste (1981) ou sa Lettre à un/e militant/e antiguerre passablement déprimé/e (2003). Il en va de même de ses textes sur l’Organisation de libération de la Palestine – dont on se demande, par moments, si la «capitulation» qu’il lui reproche relève d’erreurs commises par cette «bureaucratie bourgeoise» dans la mise en œuvre de sa stratégie politique et diplomatique ou bien de cette stratégie elle-même. Quoi qu’il en soit, ce livre stimulant incite à un débat auquel il contribue avec pertinence et originalité.

Dominique Vidal